Les savons saponifiés à froid

C’est le début de l’année, alors c’est le moment de partir sur de nouvelles bases !  Et pourquoi pas une nouvelle routine beauté ? Vous avez envie d’un produit respectueux de l’environnement qui nettoie votre peau tout en douceur ? Découvrez les savons saponifiés à froid !

 

Comment fait-on du savon ?

A travers les siècles, c’est toujours les deux mêmes ingrédients qui servent de bases : tout d’abord un corps gras. Celui-ci peut être une graisse d’origine animale (bœuf, mouton, cochon…) ou une huile végétale (olive, arachide, palme, coprah…). On ajoute à ce corps gras une base alcaline (carbonate de sodium ou de potassium). Après chauffage de ces deux ingrédients, on obtient du savon et de la glycérine. Le savon est de nos jours fabriqué selon trois modes de fabrications.

La saponification à chaud ou au chaudron

C’est la méthode utilisée pour faire notamment le savon de Marseille. Des huiles (végétales uniquement et au moins à hauteur de 72% pour le véritable savon de Marseille) sont chauffées avec la soude pour obtenir une pâte de savon qui sera lavée puis cuite pendant 10 jours à très forte température (120°). Ensuite la pâte est mise dans des moules et séchée. Le savon est utilisable sous 48h.

L’inconvénient de cette méthode c’est que les huiles utilisées sont souvent de qualité très moyennes et fortement chauffées : elles perdent leurs éventuels bienfaits.  On obtient des savons qui peuvent assécher la peau mais qui sont totalement biodégradables.

La méthode des bondillons

Le principe de base est le même que pour le savon de Marseille sauf que pour des questions de rentabilité, on utilisera comme ingrédient de base de l’huile de palme ou des huiles animales. La soude sera utilisée en excès pour accélérer le processus. La pâte à savon obtenue sera totalement exempte de glycérine et donc irritante pour la peau. Elle sera ensuite débitée en bille ou râpé en copeaux. Ces bondillons seront ensuite fondus avec des additifs et des colorants par des savonniers ou façonneurs. Attention le consommateur est souvent dupé : certains savons dit artisanaux sont en fait fabriqué à partir de bondillons.

Les savons industriels sont quant à eux fabriqués à partir de graisses minérales (dérivées du pétrole) auxquelles sont ajoutés des produits moussants de synthèse, des colorants et des conservateurs.

La saponification à froid

C’est une méthode ancestrale qui permet de conserver toute la glycérine produite lors de la saponification. Les savons obtenus sont donc très doux pour la peau. Ils sont dit surgras (entre 6 et 9%). Le film hydrolipidique de la peau est préservé et hydraté. Les huiles et beurres choisies sont fondus à 45° maximum et sur une courte durée afin de conserver toutes leurs propriétés.  Les produits utilisés sont biologiques et responsables. Cette méthode nécessite plus de temps : 5 semaines minimum de séchage mais c’est la garantie d’avoir un produit écologique, éthique et responsable. C’est également un produit économique car il peut être utilisé pour le visage, le corps et les cheveux.

Découvrez-les :

Le petit breton de Manon et sa savonnerie itinérante basée à Sourcieux-les-Mines. Un fort engagement éthique et écologique : ses savons sont garantis sans huile de palme et sans exploitation animale et son laboratoire fonctionne en autonomie.

www.desracinesetdesbulles.com

Les savons Colette&Jo, conçus, formulés et fabriqués par Sabine dans son laboratoire de Limonest. Ses savons métissés aux vertus venues d’ailleurs raconte son histoire entre Afrique et Monts d’Or.

www.coletteetjo.fr

Le purifiant au rhassoul de Naturhôna, une savonnerie familiale ardéchoise qui utilise des huiles végétales vierges et obtenues par première pression à froid pour garantir leurs bienfaits.

www.nathurona.com